21 décembre 2012

Avec le temps

C'est quand nous sommes entrées dans la salle que ça nous a frappé. Écrasé, piétiné. Surtout ma chère et tendre et douce. J'avais déjà eu ce genre de révélation quelques années avant elle. Le truc, c'est qu'on ne nous apprend pas. Qu'on ne nous dit pas. Ou peut-être qu'on n'écoute pas. Quand une chanson entre dans la tête, le cœur, quand son interprète entre soudainement dans nos vies, l'instant reste gravé à jamais. Tel quel. La tapisserie de la chambre. L'été ou l'hiver passé à la brailler entre amis. Si le chanteur est bon,... [Lire la suite]
Posté par Gouinette à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2012

Après

Après, il s'agit de reprendre sa place dans le trafic. C'est un peu comme sortir d'un endroit où le bruit était très fort, les oreilles paraissent remplies de coton. On reprend sa vie là où on l'avait laissée. Les dossiers en cours, les aller-retours en métro, les rendez-vous à ne pas oublier. L'annuelle rencontre avec l'ophtalmo par exemple. Pas celui peu bavard qui avait en moyenne 2 heures de retard, celui quasi-muet qui prend à l'heure. Ca ne me gêne pas qu'il ne passe pas son temps à piapiater. Mais ça aide quand il donne des... [Lire la suite]
Posté par Gouinette à 19:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 novembre 2012

Lo que el viento se llevó

Le vent de la nuit a fait tomber les dernières feuilles du cerisier et les a consciencieusement regroupées près de la véranda. Je les balaie; j'en fais des tas et puis je remplis un sac qu'il faudra aller vider à la déchetterie. Un peu plus tard, avec maman, nous constatons que, ni le vent de la nuit, ni les pluies des jours précédents n'ont changé le coin du cimetière où les cendres de mon père ont été dispersées. Elles sont toujours là sur la pelouse entourées de fleurs comme au premier jour. Au premier jour de la vie d'après, sans... [Lire la suite]
Posté par Gouinette à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 octobre 2012

Papy fait de la résistance

Je pensais mon père plus Glenn Miller que Rolling Stones, plus Antonio Machín que Jimi Hendrix. Pourtant, récemment, il nous a montré une facette rock'n'roll que nous, sa famille, ignorions. Il n'a pas inventé un nouveau riff de guitare révolutionnaire : il s'est étouffé dans son vomi. Alzheimer, c'est pas super romantique mais finalement, assez rock. A force de sabrer dans les effectifs des neurones comme une DRH d'usine de bagnoles, on atteint l'os. En l'occurence, le neurone qui te fait te pencher pour vomir sauf si tu es trop... [Lire la suite]
Posté par Gouinette à 20:06 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 septembre 2012

Infos d'ici et d'ailleurs

Comme écouter Franche Insert m'est devenu excessivement pénible le matin, je me suis mise à écouter les infos espagnoles. Ca me permet de travailler mon niveau de langue et, en même temps, de ne surtout plus entendre parler de ce qui se passe ici. Pour ça, j'ai le Canard Enchaîné qui me livre ma dose hebdomadaire de "rappelez-moi pourquoi j'ai voté pour eux si c'est pour qu'ils fassent pareil que les autres ?". Genre, la semaine dernière, avec une étrange affaire d'un ministre qui se fait payer une exposition de tableaux de maîtres... [Lire la suite]
Posté par Gouinette à 19:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 septembre 2012

Comment étaler son inculture musicale ET s'humilier en public (le combo parfait) ?

Le magasin de chaussures berlinois diffuse de la musique d'ambiance ou de fond. Bref, y a du bruit dans mes oreilles. J'aide ma chère et tendre à se trouver ZE paire de chaussures qu'il lui faut, gambadant d'un rayon à un autre en bousculant des vieilles qui essaieraient de choper la dernière paire à sa taille. Tout à coup, le nouveau morceau de musique accroche mon oreille."Bah ?! Pourquoi ils passent la musique du Loto ? Ici ?- Quoi ? Mais, enfin..." Le regard de mon amour se trouble. L'intro se termine et... oups !   Michael... [Lire la suite]
Posté par Gouinette à 16:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 août 2012

Mais ? Mais ? Mais ?

J'ai atteint un âge si ce n'est de la sagesse du moins suffisamment pré-ménopausique pour commencer à avoir une idée de ce que peut représenter le concept de «l'expérience» dans une vie. De la télévision abêtissante à l'arrêt des magnétoscopes japonais à Poitiers, à la guerre VHS-V2000, de la VHS au vidéodisc ou au DVD, de la cassette audio au CD puis au mp3, ma courte «expérience» m'a permis de constater que : le cinéma existe toujours, les chanteurs chantent toujours malgré les cris d'orfraie des Nostradamus de l'époque hurlant à... [Lire la suite]
Posté par Gouinette à 11:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 juillet 2012

Flamenco à l'italienne

Ma chère et tendre et moi avons assisté à un spectacle de flamenco contemporain dans un théâtre à l'italienne de Paris. Un théâtre à l'italienne est une salle ancienne à la décoration kitch faite de chérubins et de moulures dorées. Les loges aux étages sont les lieux les plus étroits et les moins confortables de l'ensemble. On y entre par une double porte au format placard : moins d'1 m2 pour y garer 2 humains et leurs chaises. Ce genre de théâtre étant ancien, on y étouffe rapidement lorsque la température extérieure dépasse les 15°.... [Lire la suite]
Posté par Gouinette à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2012

Faire dos dos

Lorsque les transports en commun et l'ergonomie approximative du poste de travail finissent de détruire ce que la nature et l'art de la kinésithérapie ont péniblement pu construire,Lorsque les boulets du métro et les relous du boulot pourrissent le dodo,Lorsque les quotas de l'assurance maladie et mutuelle ont explosé, il reste 2 solutions : changer de boulot, de métro et de dodo ou piller son livret A et se lancer dans les solutions alternatives. Ces solutions sont à l'image du courant du même type : une fois, ça passe, une fois, ça... [Lire la suite]
Posté par Gouinette à 21:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juillet 2012

Samedi, c'était Gay Pride…

comme lundi c'est raviolis. Basiquement, aller d'un point A à un point B en marchant fièrement. Dans la réalité de la vraie vie, mes marches orgueilleuses gaies se déroulaient plutôt d'un point A au point Z puis retour au M puis R et D sans oublier G puis B…astille. Un peu comme quand on promène un chien sans laisse en forêt, il fait 4 bornes quand tu en fais 1. Cette année, j'ai fait ma marche LGBT en sens inverse : du point B au point où je suis tombée sur un régiment de petits hommes verts du nettoyage au Luxembourg (les jardins,... [Lire la suite]
Posté par Gouinette à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]