Ça fait un moment que je ne traîne plus dans le coin. Non pas que je me sois acheté une vie mais plutôt des livres. En fait. Alors je n'écris plus trop mais je lis. C'est bien aussi. Quoi j'ai lu ? Le Sorcières de Mona Chollet, Ces hommes qui m'expliquent la vie de Rebecca Solnit, Se défendre d'Elsa Dorlin, Les femmes et le pouvoir de Mary Beard ou encore, dans les fictions La nuit des Béguines d'Alice Kiner, Le Pouvoir de Naomi Alderman et Les oranges ne sont pas les seuls fruits de Jeanette Winterson. J'ai passé de bons moments et j'ai appris des trucs. Je vous les conseille.

Dans le livre de Rebecca Solnit, j'ai constaté, encore une fois, l'importance que Virginia Woolf semble avoir chez les féministes, les anglophones et vice versa. OR ! j'ai lu deux fois du Virginia et je m'ai grave fait chier pour parler poli. Alors que Jane Austen m'a plutôt fait marrer. Comme quoi ce n'est pas juste la haine de l'Anglaise. Y'a autre chose. Pour préciser, j'ai lu "Orlando" et "Mrs Dalloway" et je n'en garde pas d'autre souvenir que celui d'un ennui mortel.

Ayant constaté que la réception d'un livre pouvait bigrement changer avec l'âge l'expérience le temps… Exemple ! Enfant, j'ai lu "Les Trois Mousquetaires" et j'étais enthousiaste et je ferraillais contre les sbires du Cardinal. Si tu ne viens pas à Lagardère !… Heu… bon. Quand j'ai voulu le relire, il y a quelques années afin d'enchaîner la trilogie, le livre m'est tombé des mains. Et tous mes poils se sont hérissés en constatant que l'abruti le héros ne faisait pas la cour à Constance mais la harcelait. Joie. Pour en revenir à l'œuvre de Virginia Woolf, je me suis dit que je la lirais peut-être d'un œil différent aujourd'hui. Mais toute enduite de doute, j'ai demandé conseil à une mienne amie. Elle n'avait pas lu du Woolf mais : "Va dans une librairie ; expose ton dilemme au libraire et demande-lui conseil… truffe".

Ah ça, à force d'acheter des livres sur l'interweb ou dans des supermarchés de la culture, j'avais oublié que libraire, c'est un métier qui ne consiste pas juste à ranger les livres par ordre alphabétique. Je m'en fus donc dans une librairie à taille humaine. Quelle vie d'aventures ! "Bonjour madame la libraire. J'ai eu une relation difficile avec l'œuvre de fiction de VW mais voyant la répercussion de son œuvre dans le travail d'autrices et de chercheuses, je me dis que je rate peut-être quelque chose. Pourriez-vous me conseiller un essai sien ?" La dame fit la moue. Je ne saurais dire si ce fut pour exprimer sa déception face à l'étanchéité de mon esprit à la Woolf ou son désespoir à l'idée de trouver un livre qui ne m'assomme pas au bout de deux pages. Nous nous dirigeâmes vers le rayonnage adéquat. S'accroupissant (W, fin d'alphabet, bas de l'étagère. C'est bien rangé, je valide), elle fouilla. "Alors, 'Trois Guinées', c'est difficile… (ah bah Solnit en parle tiens mais bon, si c'est difficile…) ah, 'Une chambre à soi'" me dit-elle en me tendant le volume. Dont le petit volume me rassura comparé aux 2 autres livres bien plus épais qu'elle tenait et dont je ne me suis pas souciée de relever le titre. Se redressant, elle ajouta : "et après, si vous n'aimez pas, il ne faut pas vous forcer."

Hum… y'a pas un film qui sort bientôt ?!