Pour faciliter la compréhension du texte qui va suivre, je vous propose une rapide explication de titre. Subtile trouvaille littéraire, mélange finaud de ces poupées russes qui se contiennent l'une l'autre, de la plus petite à la plus grande et de notre bien-aimée Pandore, cousine germaine et patriarcale d'Eve.

Résumés des épisodes précédents : Eve, en mangeant une pomme, enfreignit la règle de Dieu le Père tout puissant "c'est moi qui amène la bouffe". Ce dernier plongea alors l'humanité tout entière (bon, iels étaient 2 mais quand même) dans les affres du capitalisme néo-libéral. On notera le caractère un poil ronchon voire carrément psychopathique dudit Père. Sérieux, mec, une pomme ! On notera également qu'Adam (frère et concubin d'Eve) resta planqué à attendre la nourriture, qu'elle vienne du Père ou de sa femme (on voit le genre). Puis il désigna Eve et toutes les femmes à venir comme les éternelles coupables de son malheur.

Pandore est la première femme mais chez les Grecs. Elle a été créée par Zeus et sa famille pour se venger de Prométhée qui avait volé le feu aux Dieux de l'Olympe pour l'offrir aux humains. On notera qu'ici aussi les dieux ont un foutu caractère de merde et ne sont pas prêteurs. En lieu et place d'Adam, la truffe Epiméthée, frère de Pro, voleur de feu condamné à se faire dévorer le foie pour les siècles des siècles, amen. Pro, le frère d'Epi, en pleine crise de foie, avait prévenu son frère de ne JAMAIS accepter de cadeaux de Zeus. Evidemment, faible comme #AllMen, quand Zeus lui amena Pandore (femme objet déjà), Epi dit oui. Zeus ajouta une boîte (c'est gratuit, cadeau de la maison) sur laquelle une étiquette indiquait : "NE PAS OUVRIR". C'est depuis ce temps que la sagesse populaire dit "quand c'est gratuit, c'est toi le produit".

A l'intérieur de cette boîte : TOUS LES MAUX DE LA TERRE. Pandore, poussée par la curiosité qui lui avait été donnée par l'un des Dieux, l'ouvrit. EVIDEMMENT ! Il faut bien que ce soit la faute de quelqu'un Trump et le CAC40, en l'occurence de quelqu'une. L'homme, avec un tout petit h, décida alors que tant de preuves scientifiques suffisaient à valider sa décision de se méfier des femmes et de tout faire pour les priver de liberté, de droits, de clitoris voire de vie. Sans se poser une seule fois la question de savoir si les punitions divines n'étaient pas un peu cher payé pour, je le rappelle, une pomme et un briquet. Pour taper sa femme, il y a du monde mais pour faire face au patron, y'a plus personne.

Ceci posé, j'en viens au sujet brûlant de cet article : je suis Pandore et je travaille dans un service qui a inventé le concept de la boîte pleine de calamités. Parfois cette boîte est un carton d'archives, une armoire ou un logiciel de gestion de parc. Ou les trois à la fois.

Avant l'été, j'avais ouvert une armoire, découvert des matériels réformés promis à la destruction et vérifié que mes prédécesseurs n'avaient jamais songé à l'indiquer sur le logiciel. Oublis corrigés, au suivant !
Pendant l'été, sur ledit logiciel, je découvris que d'autres matériels du même type, étaient toujours indiqués comme existants dans moults services. Je partis illico presto en vacances.
A mon retour, je retroussais mes manches virtuelles, listais les matériels par service, prête à aller les traquer jusque dans les chiottes. Première ligne du tableau, 1 matériel appartenant à 1 service... disparu il y a 4 ans. Ah. Ah. Ah. Trois clics plus tard, une vingtaine d'autres éléments divers et avariés s'affichent sur mon écran pour ce service trépassé. AAAAAH !

Dans mon travail, quand tu ouvres la plus petite des Matriochkas de Pandore, tu trouves... la plus grande... le chat de Schrödinger, la pomme d'Adam et le fil d'Ariane. Surtout, surtout, surtout, ne tire jamais dessus, l'autre bout est attaché au pied du Minotaure.