Mon épilateur-tondeuse a rendu son bloc mécanique à dieu. Cette panne est arrivée à point nommé. C'est comme s'il avait deviné que j'avais changé mon fusil d'épaule. Mon fusille des poils.
Comme beaucoup de femmes (oui, même des féministo-lesbico-gauchisses dans mon genre), j'ai commencé à agresser mon corps il y a longtemps. Je revois la scène : cour du collège, nous sommes 3 filles à attendre l'heure d'entrer en classe lorsque l'une d'elle s'exclame "J'ai oublié de me raser pour le sport !". Je découvre par hasard que les poils, c'est mal. Elle en a d'ailleurs bien moins que moi. La saison de la chasse s'ouvre.

J'avoue ne pas avoir été très virulente pour une brune. J'ai principalement usé du rasoir malgré ma légendaire maladresse et de la crème dépilatoire. J'ai testé une fois l'épilation à la cire en salon. C'est douloureux. Pour donner une idée de la douleur à certains garçons de ma connaissance, c'est comme enlever d'un coup sec un bout de sparadrap géant au niveau de l'aine. Mon côté masculin a râlé, je n'ai pas recommencé.

Il y a deux ans, devant quelques poils furieusement réincarnés, zombies du follicule, j'ai pensé solution fatale, sabre laser pour mon Dark maillot qu'on dirait mon père. Je me suis rendue dans une clinique aux murs défraîchis mais au service dermatologie-esthétique rutilant. Le médecin qui m'a reçue était jeune, apprêté, bien coiffé… maquillé ? Botoxé ? La première séance fut… douloureuse, what else. Lorsque je demandais des pauses, il avait l'air agacé. La cire (le sparadrap géant) arrache d'un coup. Le laser brûle le bulbe du poil. Petite zone par petite zone. Même douleur mais plus longtemps. Joie !

A la fin, il est retourné dans son bureau tandis que je me rhabillais. Je l'y rejoignis. Son bureau est design, son pc portable, pomme dernier cri, sa montre qu'il a remise à son poignet, de luxe. Il m'expédie en dix secondes vers la caisse en me conseillant le froid et la Biafine. Pour le froid, j'avais été bien servie pourtant. La deuxième séance fut aussi douloureuse physiquement et désagréable humainement. Je décidai donc de m'arrêter là. La saison de la chasse est terminée.

Armistice unilatéral. Poussez mes chéris ! On va se poiler ! Mes aisselles, mon pubis, mes mollets, soyez fièr·es, soyez flou·es ! Depuis, je ne rase plus à nu. Finie la souffrance, adieu la tête épilatoire de l'outil, bonjour la douce tondeuse. Je tonds, je rabats mes pelouses intimes. Mais attention ! Pour virer hippie de ses toisons, le choix de date (alerte contrepèterie) de début est important. Car il faudra bien tout un automne et tout un hiver pour se réhabituer à leur présence. Mais surtout à leur vue. Il n'est pire œil inquisiteur que le sien propre. Voire les deux. Toute proclamatrice de mes droits inaliénables et chasseuse de sexisme sois-je (coucou Mylène), le poison s'est insinué depuis la cour du collège, il n'est pas facile de l'évacuer.

L'hiver, tout est recouvert. C'est le bon moment pour traiter les zones à reforester aux sabots. Pas ceux d'Hélène, non, les sabots de la tondeuse. Pour passer du "nu" au "ras" puis à "quelques millimètres" jusqu'à "ooooh ! c'est agréable cette sensation de ne plus coller au niveau des aisselles car leur pelage refait son office de gestion de la transpiration". Sauf que… sur la version féminine d'une tondeuse, il y a peu de sabots. La mienne n'en avait qu'un. Mono-sabot. Licorne monopode, on ne va pas aller loin comme ça. Mais alléluïa ! la tondeuse est morte. J'ai sortie la carte bleue. Et je me suis dirigée vers le rayon homme. Car ces messieurs, chez qui le poil, n'a rien de mal mais tout du mâle (désolée), ont droit à des équipements magnifiques, solides, pratiques, qui vont sous l'eau et moins chers. Et pas roses, ce qui, personnellement, me rend folle de joie.

deuxmainsgauches

Oui, j'ai deux mains gauches.

A gauche, la version tondeuse femme vue par un ingénieur persuadé que nos mains sont plus grosses que celles des hommes. La mollette au milieu sert à changer de vitesse. Sans doute pour l'épilateur, mais personnellement, m'épiler lentement, non merci. Ça ne sert donc à rien. Juste au-dessus dans un rond gris ? Une lampe. Je suppose en cas de panne électrique générale, que tu puisses rester imberbe 7/7 - 24/24. Un seul sabot. Un seul sens pour tondre

A droite, une tondeuse pour corps d'homme et pour ma petite main de femme. 3 sabots de 3, 5 et 7 mm et double sens de tonte. Un bouton on/off. Point barre. J'adooore.

Je vous laisse ; je vais aérer mes 3 mm. Bientôt ils passeront à 5 puis 7 et puis… Bisous et prenez vraiment soin de vous.