Paris : la ligne 13 du métro, "c'est le purgatoire, la porte avant l'enfer"

Ce n'est pas moi qui le dit, c'est marqué dans le site de France Culture. Et France Culture, c'est sérieux. Finkie travaille dedans. Tu pourras lire que la ligne 13 est occupé à 116 %. Ça doit être en moyenne sur la journée et l'ensemble de la ligne, vu que j'ai déjà pu m'y asseoir et j'ai vu de mes yeux vu des sièges vides. Mais le matin… Le matin, il faudrait une autre unité de mesure pour indiquer le taux d'occupation. Un pourcentage n'est pas assez parlant.

Comme pour les fichiers images, il faut parler de taux de compression. Taux de compression du visage sur la vitre de la porte. Et comme pour les photos, un taux de compression trop important nuit à la qualité de… vie et parfois les plus faibles (coucou Darwin) craquent et font des malaises. Ce qui crée un "incident voyageur" qui ralentit le trafic et vous transforme immédiatement en gardien·ne de camp de concentration grâce aux idées de torture et d'élimination de ladite victime qui surgissent dans votre esprit. Car, non content·es d'être transporté·es comme du bétail, nous en venons à nous comporter, parfois, pas tout le monde, comme des moins que rien.

Par exemple, certain·es, sans doute très en retard, ont l'idée de "finir à pied" sur les voies. Ce qui entraîne une coupure de courant pour éviter les transformer en saucisses grillées. Ce qui m'amène à réclamer intérieurement une application plus stricte de la sélection darwinienne : "COUPEZ PAS L'JUS !". Cela ferait tomber immédiatement le taux de récidive. Mais bon, il paraît que ça ne se fait pas.

plan-ligne-13

La 13, comme son nom l'indique, mais je crois qu'il faudrait la renommer la "Vendredi 13", c'est la ligne de "pas de chance" dans la main de ses usagers. Comme elle est très fréquentée mais pas forcément par des touristes à fort pouvoir d'achat, surtout dans sa partie nord (séparée par une fourche et donc division du nombre de rames par deux, aussi), elle est sujette à des incidents divers et des avaries variées. Un lundi matin, tandis que la première rame part de Châtillon (au sud) à 5 h 30 et de Saint-Denis (l'une des deux branches du nord) à 5 h 36, le premier incident est intervenu à… 5 h 38. Signalisation en vrac. De bonne heure, de bonne humeur ! Et si on commençait la semaine du pied gauche ? Le trafic a été rétabli à 10 h. Soit le foutoir total au pire moment de la journée : les heures de pointe, connues sous le pseudonyme de "l'heure des pointes", celles dont tu aimerais parer tous tes vêtements afin de maintenir les autres passagers à distance. Et ce, afin de constituer une bulle d'espace vital. 5 mm d'épaisseur, sans sac à main dans les côtes, sac à dos dans le nez (je suis de taille moyenne), valises et/ou enfants dans les pieds. À 116 % d'occupation la surface de cette bulle est sous la peau.

En dehors, des incidents, incivilités et autres malaises, il y a l'incident éternel : l'affichage tout pété à l'intérieur des rames dans le sens nord-sud. Le plan lumineux de la ligne grâce auquel on peut savoir quelle est la prochaine station est d'une aide précieuse pour la bleusaille. Sauf que. Dans toutes les rames qui circulent du nord vers le sud, lorsque l'on quitte la gare Saint Lazare direction Miromesnil, la loupiotte ne s'éteint pas. Une station plus loin, on est toujours chez "Lève-toi et marche". Coucou les touristes et les jeunots ! Ce n'est qu'à Champs-Élysées - Clémenceau que l'affichage se régularise. Sur TOUTES les rames. Uniquement dans une direction. Pourquoi ? Pas la moindre idée. Est-ce grave ? Non. Chiant, un peu. Mais j'imagine comment cet incident a pu être régler (au chewing-gum et au couteau suisse).

" Chef ! La signalisation à Saint Laz est ok mais ça dérègle l'affichage dans les rames
- Réglez moi ça ! Respectons nos usagers !
- On peut pas ! Quand l'affichage est bon, ça fait fumer la signalisation sur toute la ligne !
- [mais pourquoi je bosse pas sur la 7bis…] Bon, verrouillez la position, tant pis pour l'affichage intérieur.
- Reçu Chef !… Gilbert ! Vas-y, rebloque le rupteur triphasé avec le rouleau de PQ.
- Et noyez ça sous le béton ! Que ça ne bouge plus, bordel !"

C'est n'importe quoi ? Oui, mais c'est la RATP qui a commencé. Pas moi. Vous souvenez-vous des 4 mètres de neige tombés en février ? Ouiii, bon, 15 ou 20 cm, c'est pareil. Rentrant dans ma datcha à 20 heures passées par la 13, je la trouvais étrangement blindée pour cet horaire. Blindage quasi matinal et lenteur indiscutable : de longs arrêts en station et dans les tunnels. A destination, je m'extirpe de la voiture et marche sur le quai vers la sortie. Soudain, une annonce : "Le trafic est ralenti sur l'ensemble de la ligne 13 dans les 2 sens. Cela est dû à l'arrêt de la circulation des bus à cause des intempéries météorologiques".

Pourquoi ? Vous avez garé les bus dans les tunnels ?