On n'est pas sorties des ronces…

Savez-vous à cette date combien de femmes sont mortes en France sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint en 2016 ? Sachant que nous sommes en août 2017. Non ? Normal, le secrétariat d'état en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes non plus. Comment je le sais ? Ben, je suis allée sur leur site. Attention, va y avoir de la capture d'écran.

Dès la page d'accueil, dans la section "Voir aussi", je découvre un encart "Parution du rapport annuel concernant les morts violentes au sein du couple". Pas de panique, c'est celui de 2015.

Je reviens au menu horizontal et je choisis "Droits des femmes" puis "Lutte contre les violences".

violences1

Dans les différentes rubriques qui s'affichent, rien qui ressemblerait à "Les chiffres des violences de genre en France". La solution est dans le dernier choix "Publications Lutte contre les violences".

violences2

Passons sur le grand vide sous le titre principal et concentrons-nous sur la colonne de droite. Bingo, le premier article est celui que nous cherchons "Les chiffres de références sur les violences faites aux femmes". Cliquons donc.

Oh surprise, sans prévenir, nous quittons ce summum de l'information pour nous retrouver sur un autre site : http://stop-violences-femmes.gouv.fr. Mais joie, nous sommes effectivement arrivées sur la bonne rubrique. Problème, les chiffres indiqués semblent dater de… 2014.

violences3

Autre étrangeté, le compte Touitère indiqué en haut de page, @Min_FEDDF, renvoie vers… un compte personnel d'un courtier immobilier montréalais inscrit en juin dernier… Mieux ! Sur le site du secrétariat d'état, 2 comptes différents cohabitent sur la même page ! Choisis ton camp camarade ! Une plainte pour violences conjugales ou un appart au Québec ?

violences5

Ne nous laissons pas déconcentrer par ces "détails" et revenons à notre quête du nombre de femmes assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2016. Sur la page du site "Stop-violence-femmes", une phrase indique que "Pour une présentation plus approfondie de ces chiffres et d’autres données sur les violences faites aux femmes, consulter les numéros de La lettre de l’Observatoire national des violences faites aux femmes." MAIS SI TU CROIS QUE J'AI PEUR DE CLIQUER, WEBMESTRE DE MALHEUR, TU TE TROMPES ! Donc, je clique.

violences6

Bon point : je ne quitte pas le site. Mauvais point : ce n'est pas ma question. Et si les mutilations sexuelles des femmes est une violence gravissime, je pense que je peux trouver des publications plus récentes que février 2016. Et puis ce n'est toujours pas le nombre de femmes qui ont été rayées de notre carte en 2016

Pas désespérée pour un sou et je dirais même, plutôt remontée comme une pendule, je vais sur le site du ministère de l'Intérieur puisqu'en cas de meurtre, a priori, ce sont les gardiens de la paix qui sont aux premières loges… pfffff… même après l'utilisation du moteur de recherche, aucun article datant de 2017. Aucune rubrique particulière concernant ce type de violences spécifiques mais non plus pour les violences racistes ou homophobes. Comme ça, pas de jaloux.

Je retourne sur le site du "secrétariat d'état qui va perdre beaucoup de budget" et je décide de consulter les "Instances rattachées". Petite remarque : instances rattachées, c'est une expression qui parle à qui ? LE OU LA RÉDAC-CHEF DU SITE, T'ES UNE BRÈLE !

violences7

1ère instance : Le Conseil Supérieur de l’Égalité Professionnelle entre les femmes et les hommes.
Le lien renvoie à un article de présentation avec 4 pdf à télécharger. Je n'y trouve évidemment pas ma réponse.

2ème instance : Le Haut Conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes
Ca s'améliore puisque dès le menu de page d'accueil, un onglet "Violences de genre" est présent. Je clique. La dernière actu date d'avril et concerne le système prostitutionnel. En colonne droite, des repères statistiques, le nombre de femmes tuées date… de 2012.

3ème instance : La mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains
J'atterris sur une article particulièrement vide ce qui n'augure rien de bon. Je clique sur "En savoir plus sur la MIPROF" (cette manie des sigles de merde de notre administration, ça me donnerait des envies d'étrangler des fœtus de chaton)… et je retombe sur "Stop-violences-femmes".

Et toujours pas le moindre chiffre des femmes assassinées en 2016. Voilà le travail.

Heureusement, il y a des militantes féministes qui, en chassant les faits divers dans la presse, pointent au jour le jour les femmes assassinées. Leur estimation pour 2016 est de 120.
Et depuis le début 2017, nous en sommes à 79.

L'État n'a toujours rien sorti. Mais l'État a décidé de baisser le budget du "secrétariat d'état à l'égalité d'arrêtez de vous foutre de notre gueule".

Elles mettent à jour (elles !) une carte des celles qui manquent définitivement à leurs familles, leurs proches et à nous toutes et tous.
Et faites tourner la pétition : https://www.change.org/p/monsieur-emmanuel-macron-f%C3%A9minicides-un-fl%C3%A9au-silencieux-qu-il-faut-rendre-visible-informons-agissons

Sur Twitter, vous pouvez aussi interpeler les différents ministères sur les réseaux sociaux :
- Ministère de l'Intérieur, son patron
- Secrétariat d'état machin bidule, sa patronne

Quelqu'un finira bien par répondre. Allô ?

Remarque : voici ce qu'il est possible de faire dans un pays de l'UE, bien moins riche que la France et également en lutte contre les violences faites aux femmes, l'Espagne.
Voici le portail statistique de la Délégation du gouvernement pour la Violence de genre. Petit outil pratique et simple d'utilisation. 1ère ligne, je choisis les "victimes mortelles". 2ème ligne, l'année. Et hop, j'ai les chiffres depuis 2003 jusqu'au chiffre de l'année en cours.

violences8

Autre remarque toute personnelle, l'Espagne est souvent qualifiée de pays machiste. Pour 2016, 44 femmes manquent à l'appel. En France, a priori, 120. Soit quasiment 3 fois plus. Or, nous ne sommes pas trois fois plus nombreux que nos voisins. Nous sommes 67 595 000 d'après Wikipédia et les Espagnols, 46 439 864.

Voilà, c'est tout pour moi.