J'ouvre une parenthèse. Oui, je sais qu'on ne commence pas un texte par une parenthèse mais je fais ce que je veux. Et puis, l'heure est grave. Hem… Qu'est-ce que c'est que cette équipe du Brésil ?!? C'est bien la peine de nous faire tout un foin autour de ce mondial qu'elle ne peut pas ne pas gagner. Sans les erreurs d'arbitrage, elle aurait au mieux fait match nul contre la Croatie et hier, face à l'excellent Chili, elle ne dut son salut qu'à la transversale et à son goal. D'où mon interrogation, depuis quand le Brésil a une défense et un goal de qualité comme les autres équipes ? L'équipe du Brésil, dans la vraie vie, elle court en dansant la samba ; elle n'a pas besoin d'arrière ni de goal parce qu'elle ne perd jamais le ballon et elle met 42 buts par match. Voilà, je referme la parenthèse foot pour ouvrir le chapitre tennis et sexisme.

Vous ne vous en êtes peut-être pas aperçus mais depuis l'ouverture de la coupe du monde de foutchebôl, le monde international continue de tourner (Coucou les Syriens, ça va ?) et le monde sportif aussi. Par exemple, en ce moment, du côté des British, se déroule le tournoi de tennis de Wimbledon.Hier, la joueuse française Alizé Cornet a réussi l'exploit de battre la n°1 mondiale Serena Williams en 3 sets (Come on Alizé !). L'AFP s'en est fait l'écho et voici ce qu'on peut lire dans la dépêche :

cornet-williams

 

La joueuse a "chipé" le service de Williams. Elle ne l'a pas pris, elle n'a pas remporté le service de son adversaire. Non, elle l'a "chipé". Dans mon esprit (malade certainement), "chiper" signifie "voler" et surtout c'est un terme enfantin. "Roh Jean-Kévin, tu as chipé l'Ifoune12 de ton petit camarade, c'est vilain !" Si je me jette sur un dictionnaire, il s'agit en plus de voler un objet de peu de valeur. Le service de Serena Williams !?! Peu de valeur !!!
Il n'en est rien dit dans les dictionnaires mais bon… si je réécris cette phrase en changeant le nom de la joueuse :
"Mais ce n'était que partie remise pour Federer qui allait chiper 2 fois la mise en jeu de son adversaire."Il y a quand même un côté "youhou les filles, Gisèle m'a chipé mon rouge à lèvres" quelque peu déplacé dans le cadre d'un match de tennis. Le sport féminin aurai-il moins de valeur que le sport masculin ?

Oui, je sais, poser la question, c'est déjà y répondre.