Je n'écris jamais dans les livres d'or. Parce qu'entre les cartes postales, d'anniversaire, de vœux et de condoléances, j'évite d'appauvrir mon stock (réduit) de phrases toutes faites, drôles, bien senties et/ou originales pour un hôtel ou un restaurant que je peux noter sur internet et ainsi éviter (en cas de bouiboui immonde) à des Jean bien d'aller se jeter dans la gueule du loup. Ce n'est toutefois pas parce que je n'y jette pas ma prose que je ne lis pas celle des autres. Lors d'un récent séjour au bor de la mer, j'ai recueilli dans mes mains tremblantes une petite pépite. Un client, par ailleurs ravi de l'accueil de l'hôtel, avait cru bon d'ajouter : "Des goélands chantent en longueur de journée (et c'est énervant)."

1ère erreur, un goéland ne chante pas. Ca crie, ça couine, ça braille, ça te défonce les tympans MAIS ça ne chante pas. Et certainement pas "en" longeur de journée, 2ème erreur (c'est aussi pour ça que je n'écris pas dans les livres d'or. Nul n'est à l'abri d'une faute, d'une construction de phrase approximative ou d'une platitude digne des steppes d'Asie centrale… Question : ces steppes sont-elles aussi plates que ça ?). 3ème et dernière remarque (cerise qui fait déborder le vase), si tu n'aimes pas le couinement du goéland de tôt le matin à tôt le matin, il ne faut pas, jamais, sous aucun prétexte aussi fallacieux soit-il, passer des vacances au bord de la mer. Parce que c'est là qu'ils vivent les goélands et leurs copains, les mouettes, les sternes et autres cormorans. De la même façon, si tu pars en camping à la ferme, il a de forts risques qu'un coq se mette à chanter à des heures indues. Si tu vas dans le désert, ton dromadaire blatérera* possiblement à son réveil et pas au tien. Et si tu vas à Rio*, n'oublie pas de monter là-haut.

 

 

*Attention, double-effet kiss cool footballistique