«Toutes les villes importantes et beaucoup de bourgades avaient pris une sorte d'assurance contre l'accident météorologique : l'alhondiga ou posito, grenier public où la municipalité stockait les grains dès que se dessinait une menace de mauvaise récolte, afin d'éviter, sinon la pénurie, du moins la famine et de contenir la hausse des prix du pain, si dure aux déshérités. Le grenier public […] pratiquait une sorte de politique anticyclique, jetant le grain sur les marchés ou le vendant aux boulangers à des prix modérés pendant les périodes de hausse afin de décourager la spéculation et d'éviter ainsi les fameuses et très redoutées "émotions" urbaines.»*

Ah non mais ce ramassis de crypto-communistes !! C'était bon pour la Castille du XVIème siècle. Heureusement, depuis, nous avons droit aux cadeaux Bonus. Entends-tu l'«émotion» qui monte ?

*«Histoire des Espagnols - VIème - XXème siècle», Bartolomé Benassar