Ouais, je sais, pourquoi parler sans cesse des morts. Il faut avancer dans la vie. Laissons l'Ex reposer en paix. Je voudrais bien mais il revient hanter ce blog du fond de son néant via les requêtes gogoles. J'ai déjà évoqué la fameuse «Giscard à son camion de lait du bois de Vincennes» en date du 18 mai dernier. Erreur ou coïncidence comme dirait Lepasclair Lelouch. Peut-être bien que oui, peut-être bien que non, comme dirait un Auvergnat monté en Normandie. Ben, sûrement que non, que je dis, moi, l'Espagnole bretonne !! Y a pas d'erreur, y a pas de coïncidence. L'IVGE (Interruption Volontaire de Gagnage Electoral) est de retour avec la même requête. Tu me connais (en vrai, non, mais c'est une figure de style et arrête de m'Interrompre le Verbiage Génial et Epoustouflant) ; j'ai des dons de détective. Je l'ai déjà démontré en démontant maintes légendes bibliques à propos d'incertain Djizeusse.

J'ai commencé par suivre le chemin des pauvres internautes égarés dans le néant giscardien. J'ai donc gogolisé Giscard et son camion de lait. Et là... (je crée un peu de suspense. Dans un film noir, il ferait nuit ; il pleuvrait. L'héroïne aurait son trench détrempé et une musique inquiétante ferait monter la tension), et là, donc, quoi-t-est-ce qui apparaît comme première solution ? Mon blog !! C'était l'impasse. Je compris la fabuleuse joie de mes nouveaux lecteurs mais aussi la déception de ne point trouver de solution à leur questionnement métaphysique. Rassure-toi ami-e qui voulait savoir ce que foutait Valéry dans le bois de Vincennes avec un camion de lait ; j'ai trouvé. Un peu sur le net (pas beaucoup en fait) et surtout j'ai eu la confirmation par un vieux qui traînait dans mon bureau (ayez toujours un fennec majeur en 74 sous la main).

La solution : Giscard était, je cite : un chaud lapin. En français : il courait la gonzesse à toute heure du jour et de la nuit... Saigneur, j'ai des images qui me viennent à l'esprit et une violente montée d'angoisse. Imaginer Giscard en train de... ou de... voire de..., beurk. Bref, un matin, à l'aube, revenant chez lui après une partouze SM spéciale bondage une nuit chez Maud non passée à essayer de régler les problèmes du pays, Gigi l'amoroso s'est emplafonné dans un camion de lait au bois de Vincennes. Apparemment, l'affaire a été étouffée.  Voilà petit internaute égaré, le fin mot de l'histoire. Maintenant tu peux aller lire et relire l'intégralité de mes billets. Ca fera remonter mes stats.