Gouinette parle trop

19 juillet 2015

C'est décidé, je change de sexe…

Ou alors, j'ouvre une boutique de sport pour gouines, trans, trav', garçons manqués, filles réussies. J'hésite. Ce matin, c'est dimanche mais je suis colère. Je suis trahison. Je suis meurtres en série.
Je suis allée courir et je me disais en revenant, rougeaude et haletante, qu'il faudrait quand même que je me trouve un short spécial "je cours sous le cagnard et le cuissard, juste, c'est pas possible". Hier, je m'étais lancée sans succès dans différentes boutiques de sport non spécialisées en course à pied (intersport et décathlon pour ne pas les citer). Je sais, décider d'aller dans ces boutiques un samedi de soldes, c'est vrai que c'était un peu perdu d'avance. Heureusement, le remplacement du minitel par l'internet est quand même LE grand pas pour l'humanité et pour éviter des après-midis épuisants et frustrants de galopades dans des boutiques blindées.

Tandis que je n'étais que sueur (on ne prend pas sa douche avant d'avoir fini de suer), je naviguais sur les sites de boutiques spécialisées en course à pied à la recherche d'un 2ème spécimen de short grave trop bien que j'ai mais que j'aurais dû acheter en double vu qu'il n'existe plus dans la nouvelle collection et que ça me GAVE !! Ma tactique habituelle : je repère sur le site, j'essaie sur place pour la taille, j'achète chez le moins cher (enfin, en général, j'achète sur place parce que j'ai pas que ça à faire).

Quoiqu'il en soit, je repère un modèle de short qui semble équivaloir à celui que j'utilise déjà : couleur discrète (c'est-à-dire pas rose et pas fluo. J'ai revu à la baisse mes normes de discrétion), poche externe zippée, textile léger, slip intégré… Ça, en fait, je m'en fous mais pour une raison que j'ignore, les shorts de course intègrent un slip… au cas où j'oublierais d'en mettre un, je suppose. BAH OUI ! On s'adresse à des sportifs quand même !
Et me voici lisant les détails du modèle… Que découvré-je, toute ébaubie, quasi interdite ? Que "sans perdre en qualité et en efficacité", la "coupe du short est attrayante" et qu'elle "sera râvir les plus féminines d'entre vous"…

IMG_1214

ALERTE SEXISME ! ALERTE MACHISME ! ALERTE FAUTES D'ORTHOGRAPHES !

Les fautes, ce n'est pas super grave, on est chez les débiles sportifs. Mais la vieille remarque pourrie dégoulinante de sexisme intégré ! Car chez les sportives, il y a les jolies, féminines, élégantes et les autres, les musclées, les hommasses, les moches, les pas baisables. Sainte Virginie Despentes, viens à mon secours !

Note dans un coin de ton esprit le paragraphe sur la poche zippée "pour stocker votre porte-monnaie" et "d'autres éléments pouvant être gardé pendant la course". Personnellement, dans cette poche, je range, un mouchoir, ma carte Navigo et un billet de 20 €. Les autres éléments doivent concerner la trousse à maquillage que toute sportive féminine se doit d'avoir sur elle à tout instant.

Déjà bien vénère, je continue ma recherche et tombe sur un autre modèle… qui m'offrira "ventre plat" et "silhouette flatteuse". La silhouette de mon cul, hein ! Sauf si je suis grosse mais dans ce cas, ça veut dire que je ne cours pas donc que je ne suis pas sur ce site. CQFD. Heureusement, ce short flatteur s'occupe aussi de gérer efficacement ma transpiration car, n'étant pas suffisamment féminine, je sue. Petite souillon que je suis.

IMG_1215

A cet instant précis, je ne suis plus sueur, je ne suis plus colère, je suis sur le dark net à la recherche d'une arme à feu. Toutefois et avant d'entrer dans le maquis, je décide de faire une ultime recherche. Mais chez les garçons cette fois-ci. Comment va-t-on me vendre un short de course à pied si je suis un garçon ?

IMG_1216

"Développé spécialement pour dépasser [mes] objectifs", ce short "permet une excellente liberté de mouvements et "met l'accent sur la vitesse". Bah oui, parce que si tu vas vite, tu es un homme, un vrai et tu vas pouvoir choper la femme féminine à la silhouette (son cul) flatteuse. Elle est pas belle la vie ?! Et comme le short est "dépourvu de tous les éléments superflus pouvant vous alourdir durant la course", comme par exemple, ton porte-monnaie ?!? ce n'est pas grave car il y aura toujours une femme pour s'occuper de tes affaires.

Je résume donc l'idée générale : le sport pour les filles, c'est pour être jolie. Et pour les garçons, c'est pour développer ses capacités physiques. Voilà, voilà. Allez, une dernière recherche…

batte

Posté par Gouinette à 12:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


14 juillet 2015

De la confusion des mots à la confusion des sentiments

La présence de ma mère dans ce pays depuis plus de 50 ans n'a pas eu d'effet spectaculaire sur l'étendue de son vocabulaire. Si vous voulez vous faire une idée de sa façon de parler, lisez "Pas pleurer" de Lydie Salvayre. Ensuite, et s'il vous arrivait d'être dans la même pièce et qu'elle se lève en disant "yé vais cherrrcher oune pelle", ne paniquez pas ! Loin d'elle toute idée de vous porter un coup fatal sur la nuque et de vous enterrer sous le parquet. Tss, tss, on sent que les discours anti-immigrés vous ont marqué. Allons, allons ! Un peu de courage, que diable !

Balayez discrètement la pièce du regard pour, primo, localiser les sorties de secours ou un objet pouvant servir de bouclier (des fois que vous me l'auriez énervée), puis, dans un second temps, deviner la présence d'un brachycère de type Musca domestica. Hein ? Oui, une mouche. Comment ? Ma mère tue des mouches à coups de pelle ? Moui… presque… non, mais attendez ! Revenez ! Avec une petite pelle. Du genre tapette à mouches, quoi. J'en vois qui, bonnes âmes, tentent une explication dialectique : "c'est comme ça qu'on dit dans sa langue". Oui… mais non ! On dit "matamosques" dans la première et "matamoscas" dans la deuxième, soit "tue-mouches" dans les deux. 

Non, non, cherchez pas. Et à la réflexion, courez !

Posté par Gouinette à 21:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 juin 2015

Et hop, bouge ton corps ! Bouge tes politiques !

Alors, voilà, en Espagne, les citoyens ont décidé de profiter des dernières élections pour voter pour des candidats dont la politique n'est pas le métier mais le militantisme leur vie.

Madrid et Barcelone ont désormais une femme à leur tête. Ada Colau, engagée dans l'aide aux personnes expulsées de leur logement (PAH) en Catalogne. Manuela Carmena, avocate des ouvriers sous Franco puis juge, dans la capitale. Pour fêter l'arrivée de cette dernière, je vous propose cette création fraîche totalement intégrée dans cette période de défilés fiers et extravertis de par le monde.

Pour les non-hispanoparlants, il s'agit d'une ode à la nouvelle maire de Madrid (Manuela) et un "adios" à l'ancienne, Ana Botella (épouse de l'ancien président du gouvernement, José María Aznar, du Parti Populaire, très de droite. Et très nulle en anglais), un good bye au PP (le parti que si tu changes des lettres, tu peux quasiment écrire facho ou corruption, comme tu veux) et un arrivederci à Esperanza Aguirre (fach… heu femme politique du PP, qui voit tous ses anciens collaborateurs aller en prison pour corruption).

C'est pas que mais c'est bientôt la gay-pride, dites donc !!!

Posté par Gouinette à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2015

Les rêves à la con

Supprimons les jours fériés. Allons travailler chaque jour que le calendrier fait. Déjà ça me fera une vie sociale digne de ce nom. Et puis quel est l'intérêt d'avoir des coupures quand ton corps va, de toutes façons, te réveiller à la même heure ? Ce matin du 8 mai, j'ouvre un œil et le dirige vers mon réveil. Oh surprise ! comme pour aller travailler ! Je m'engueule. Je me retourne. J'ai chaud. Je sors une jambe de sous la couette. J'ai froid. Je me retourne. AAAAAAH !! Je me lève sans allumer ; je me cogne. Gniiiiii… Un verre d'eau et je me recouche en pensant que décidément, c'est… RRRRR ZZZZ… je me rendors. C'est à ce moment précis qu'arrive "le rêve à la con". Le rêve du petit matin. Celui dont tu vas forcément te souvenir parce qu'il va faire que tu réveilles en sursaut et plus fatiguée.

Il fait beau. Je suis dans la rue. Un homme s'approche et me salue. Je ne le reconnais pas et m'en excuse auprès de lui car il me parle boulot. "Je suis du service informatique, bureau 590" (lundi, je vais voir si ce bureau existe et je pends l'insolent qui est venu squatter mon sommeil). Aaaah mais ouiiii (mais non !). Il remarque je suis un peu agitée (du bocal, tu m'étonnes. Je rêve de toi au lieu de Lena Headey !). Je lui dis que je dois appeler des amis mais que je n'ai presque plus de batterie. Serviable, il me tend son téléphone…

tel_400

Y'a vraiment plus que le service informatique pour avoir des téléphones pareils. Et que moi pour en rêver. Au moins la batterie tenait plus de 24 heures… Bref !

Mes amis sont déjà au bar (ça c'est réel. J'ai des amis alcooliques). Je dois les rejoindre mais il faut que je géolocalise ladite taverne et mon téléphone est toujours en rade de batterie (NDLR : à aucun moment du rêve je ne vais l'avoir en main, docteur). Il faut que je rentre me préparer et charger l'engin dans l'intervalle tout en me disant que ça ne suffira pas et qu'il faudra que je prenne le chargeur avec moi mais est-ce qu'on m'autorisera à le charger au bar… Non, je ne suis pas stressée pourquoi ? Accroc ? Pensez-vous…

Tandis que je réfléchis à mon plan machiavélique sans bouger d'1 cm, donc toujours dans la rue, donc pas préparée, ni chargée, ni géolocalisée, un téléphone sonne. C'est celui du type du bureau 590. Lequel a disparu. Je réponds. Ah bah tiens, justement c'est lui. Il m'appelle du Mans (avec la SNCF, tout est possible) et me dit que j'ai oublié de le lui rendre. Je me re-confonds en excuses (ça commence à me gaver, ça aussi, tiens. T'avais qu'à faire gaffe à tes affaires !) et lui assure que je vais lui rendre par le courrier interne… Ouiii, je sais…

Comme par magie, je suis chez moi… enfin… dans un appart avec 2 copines et… des enfants, donc pas chez moi. Je mets mon blouson bleu et me retrouve avec ma parkakaki sur le dos. Bah non ! Je veux mon blouson bleu. Celui que j'avais dehors (où sont mes anxiolytiques ?) ! Ma penderie est installée au-dessus du canapé (Indice ! c'est un appartement parisien !). Je mets mon blouson bleu et glisse le chargeur dans ma poche (obsession) tandis que mes amies me poussent et que le reste du groupe descend déjà les escaliers en râlant contre les 3 retardataires. Nous courons vers la porte ouverte… RÉVEIL !!

Il faut que je charge ce put téléphone de mer. Donc.

Posté par Gouinette à 13:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 mars 2015

Moi, les gens, nos voyages en commun

J'ai découvert que voyager dans un train à côté d'un adolescent n'était pas de tout repos. L'ado en groupe doit être abattu sans pitié car débile et bruyant. Quand je croise un troupeau de ce type, il me vient toujours une question à l'esprit : "mais j'étais pareille ?". Ne t'avise pas de répondre, lecteur/rice ! En opposition, l'ado isolé est timide et mal dans sa peau donc silencieux. Problème : le spécimen avec lequel j'ai voyagé était passablement enrhumé et connecté à l'interweb mondial via un téléphone BaieNoire à clavier… Oui, un truc avec des boutons dessus, un peu comme lui. Je sais, c'est mal de s'en prendre au physique, mais le mien étant irréprochable, j'ai le droit… QUOI ???
Entre 2 éternuements suivis d'un mouchage, il répondait aux nombreux messages reçus dans un cliquetis sourd (j'imagine même pas les bactéries sur l'appareil). Obligé de respirer par la bouche à cause de narines, sinus, conduits auditifs remplis, il produisait des bruits d'humain en train de mourir étouffé. Enfin, empêtré dans un corps en pleine croissance et dans un TGV 2ème classe aux sièges pourris (là, j'avoue que c'était pas beau à voir et surtout à s'assoir dedans), il changeait la position de ses jambes et de ses bras toutes les 20 secondes.
J'essayais de dormir en tenant mon dos droit afin d'éviter que ma tête ne s'affale sur un côté m'entraînant dans une suite de grognements et de filets de bave. Et ce n'est ni facile, ni confortable. Trouver le sommeil dans cette position tandis qu'à ma gauche, mon voisin éternuait, se mouchait, cliquetait, bougeait, étouffait, éternuait, se mouchait, cliquetait, bougeait n'était pas chose aisée. "JE VAIS TE TUER !!!" ai-je pensé un moment avant de m'obliger à la zenitude. Laisser entrer le calme. Découvrir le silence en soi…

C'était sans compter sur le couple de jeunes adultes trrrrès amoureux de l'autre côté de l'allée. Pensant que mes yeux fermés me rendaient sourde ainsi que le reste du wagon très silencieux (en dehors d'Atchoum), quelle ne fut pas ma surprise ensommeillée d'entendre : "si tu ne bouges pas, je vais être obligé de te caresser les seins"… Cette réflexion à peine murmurée fut suivie du rire niais de la femelle. Un désespoir profond m'envahit ainsi que l'envie furieuse de voir la science avancer à pas de géant dans ses recherches sur la téléportation. Roméo tenta ensuite de résumer à sa Juliette le film Snowpiercer. "Alors, ça se passe dans le futur. J'ai pas compris pourquoi mais l'humanité vit dans un train. Et il ne peut pas s'arrêter mais j'ai pas compris pourquoi. Les puissants sont en tête du train et les marginaux en queue et…" MONTRE-LUI LA BANDE ANNONCE, MEC ! Ce sera plus simple ! Je suis en voiture 19 coincée entre un nid à microbes et 2 boulets et je te jure que je comprends qu'on ait envie de tout défoncer pour changer de wagon !

C'est à ce moment-là que le train a ralenti, ralenti, ralenti et s'est arrêté aux abords de la gare du Mans. 1 minute passe. 2, puis 3, puis 10 ! Le contrôleur nous demande de ne pas tenter d'ouvrir les portes car nous sommes arrêtés en pleine voie. Oh tiens, j'ouvre une parenthèse. J'aimerais bien comprendre ce message récurrent dans les trains et les métros. Ça ne me viendrait pas à l'idée de descendre avant ma station ou ma gare de destination mais imaginons que des débiles le fassent. On roule portes non verrouillées ? Et des dépressifs mal voyants pilotent des avions ? Je referme la parenthèse. Et le contrôleur de continuer en indiquant que ce retard était dû à des difficultés de gestion du trafic à cause de "la forte affluence de trains"… C'est-à-dire ? Que Bison tout fûté qu'il soit se plante dans ses prévisions d'affluence automobile sur les routes (ouvertes à tous), je veux bien. Mais les trains ? Il y en avait plus que prévu ?

Posté par Gouinette à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



18 mars 2015

Tes cheveux sont comme un troupeau de chèvres, Qui ondule sur les pentes des monts de Galaad (Cantique des cantiques)

Mon métier, c'est gardienne de troupeau. Ce n'est pas un métier facile même s'il apporte son lot de joies au quotidien. Le troupeau n'est jamais facile à mener. Chacune de ses composantes est avide d'indépendance et de grands espaces. Il faut souvent les ramener dans le droit chemin. En douceur, se faire pédagogue, plus exigeante puis menaçante. Enfin, leur latter la tronche à coups de manche de pioche en gueulant "qu'est-ce que je t'ai déjà dit 100 fois, espèce de neuneu ?!?".

Le troupeau de neuneus est sans doute l'un des plus compliqués à mener après le nid de frelons japonais et la marabunta de fourmis de feu. Car la nature a créé le neuneu à l'image du lapin crétin, tu te fous de sa gueule au début jusqu'à ce que tu saignes du nez. Pourtant je les élève (pas tous). Ou j'essaie (pas seule). Je les conseille ; je les nourris.
"Dis voir machin, tu sais qu'écrire en rouge sur fond jaune est interdit sur le web ?
- Pourquoi ? C'est joli ? Rouge, c'est pour dire que c'est important et le fond jaune, c'est comme du surlignage ! Encore plus important.
- Jeune Padawan, il est surtout important que personne ne porte plainte après avoir perdu la vue en consultant ta page. ARRÊTE TOUT DE SUITE ! Ou je t'oblige à lécher ton clavier !"

Je suis sévère mais juste. Ou juste sévère. Mais les neuneus poussent toutes sortes de bouchons dans tous les angles morts de la connerie de l'interweb.
"Allô ? Bonjour, vous avez modifié le mot de passe de ma boîte mail ?
- Oui, car elle a été piratée et a servi à l'envoi massif de spams qui ont permis la mise en liste de noire de notre serveur (et maintenant tout le monde galère grâce à toi, pauvre truffe !).
- Ah… mais vous pourriez remettre l'ancien ? Le nouveau est très compliqué. Et il est difficile à recopier sur un post-it.
- L'ancien ? AZERTY2013 ? Que vous n'aviez pas mis à jour depuis… 2013 ?
- Oh oui ! c'est tellement plus facile à retenir !
- Tut… tut… tut…
- Allô ? Allôôô ? Ah ça a cou… Ah !? vous êtes venue directement dans mon bureau ?… Avec un manche de pioche ?"

Il y a des fois où je me dis que je devrais bétonner certains chapitres de leur apprentissage de neuneus du web. Et puis il y a les lundis où je commencerais déjà par leur couler les pieds dans le ciment.

Posté par Gouinette à 22:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 mars 2015

Le sport est bon pour la santé… si on y survit

"C'est dans 3 semaines ; vous ne serez ni guérie, ni prête."
"Vous voulez défaire tout mon travail, c'est ça ?"
"Si ça vous fait du bien mentalement, c'est le principal mais…"

Par ordre d'entrée en scène, mon médecin, mon kinésithérapeute, mon ostéopathe. Tout ça à cause de mon podologue. C'est de sa faute. J'avais fait une croix sur le semi-marathon de Paris lorsque mon genou a fait l'essuie-glace. Je rappelle la définition de cette inflammation du tendon externe : aïe, ouille, aaaaaah. Comment en guérir ? Arrêter de courir, masser, faire des semelles afin qu'il ne frotte plus contre l'os.
L'essuie-glace, c'est la peste bubonique du coureur, l'ébola du joggeur, le Dark Vador du runner. Et je le prouve. 

Après avoir récupéré mon dossard, j'ai voulu changer de sas de départ pour passer de 1h50 à 2h. Ils sont 2 derrière le comptoir qui discutent avec un troisième. Je tends mon dossard. L'un des bénévoles rigole : "alors, on s'est pas entraîné ?" Moi, souriante bien que vexée: "on s'est fait un essuie-glace. Alors on sera contente si on finit." Et là, triple grimace de douleur, les yeux mi-clos "hiiiiiisssssshhhhh…" j'ai senti leur frisson d'horreur et leur dos soudain trempé de sueur.

Tout ça à cause de mon podologue ! Au début de mon parcours médical, j'avais fait le deuil de la course. Les massages infligés par mon kinésithérapeute (c'est hyper sensible un tendon) me poussaient au repos. Lui : "pour se protéger du frottement, le tendon a formé une sorte de boule de fibres. En massant, je casse les fibres pour qu'elles se reforment dans le sens de la longueur". Moi : "aïe, ouille, aaaaaah".

Le passage chez le podologue, voilà le problème. Je mets les pieds dans une sorte de bac avec 2 trous en forme de pieds relié à une ordinateur. "Ah ouiii, vous appuyez bien plus à gauche. Regardez, c'est tout rouge. Les semelles vont vous rééquilibrer. Courez 5 fois avec pour les rôder et faire d'éventuelles modifications.
- Courir ?
- Oui. Mais dès que vous aurez les semelles, vous n'aurez plus mal puisque le tendon ne frottera plus."

Vous voyez ? Cette truffe me dit que je n'aurai plus mal. Alors que fais-je ? A une semaine de la course. Ben, je cours ! Et je n'ai pas mal. Alors je me dis que ça ne coûte rien d'essayer. En plus, il fait beau. Je ne cours pas seule. Je ne peux pas ne pas courir. Vous comprenez ?

Quand je me suis arrêtée au 13ème km, je n'avais pas mal au genou gauche… mais c'était bien le seul endroit épargné.

Vive le sport !

Posté par Gouinette à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2015

La règle et l'exception

Il y a des constantes, des évidences : le ciel est bleu. Il y en a de plus difficiles d'accès. Des qui demandent l'étude répétitive, approfondie d'un phénomène. Etude qui permet de cerner cette constante, de construire un raisonnement parfait basé sur des preuves solides et de parvenir à l'énoncé d'une théorie universelle : c'est obligé d'être beau gosse pour faire ostéopathe.

J'en vois qui font la moue. Alors, bon, hein, déjà, pas en public, y'a des enfants. Ensuite, j'ai suffisamment tâté de l'ostéo pour que mes paroles soient d'évangile. Comment ? C'est plutôt l'ostéo qui m'a tâté ?… Alors toi, tu sors. C'est moi qui fais les jeux de mots, calembours et autres running blagues (©une amie) ici. Oui, j'ai de l'expérience ostéopathique en qualité de cliente. Née tendue, je peux nouer la totalité des muscles de mon corps sans le moindre effort. Je peux déplacer des vertèbres ou transformer un fascia lata en essuie-glace*. Dimanche, je me suis bloquée une cervicale et une dorsale en prenant le petit-déjeuner, t'as qu'à voir le bestiaud ! Une bête à concours ! Je consomme de l'ostéo comme d'autres des cigarettes et bien que cela me laisse froide, oui, oui ! Des hommes magnifiques aux corps d'appolons antiques ont posé leur mains sur moi ! Oui ! Fais-moi craquer la sténose lombaire, grand fou ! Vas-y, replace-moi le bassin ! Tripote-moi le tendon d'Achille, mon Hector ! Et tous, beaux, beaux… Beaux et ostéos à la fois.
Je me suis dit qu'il était temps de tester l'ostéo femelle profitant du fait que ma cascade du petit-déj dominicale me faisait souffrir le martyr. A moi aussi, la joie du paysage ! Bon, j'avoue, le hasard a fait que le seul créneau de libre soit celui l'ostéo à ovaires.

Je suis dans la salle d'attente. J'attends. J'imagine son entrée, le sourire large, les dents blanches… La porte s'ouvre. Elle est là, enceinte… Enceinte ?!? Mais c'est quoi cette escroquerie !!! "Qu'est-ce qui vous amène ?" Aïe… bon, là, faut enrober un peu sinon, bonjour la honte. Se bloquer le dos en mangeant une tartine… même en poussant à 5 tartines… d'un pain que je n'ai pas pétri moi-même, c'est la honte. "Je chassais des drones avec un filet à papillons télescopique quand soudain, l'une de mes échasses s'est prise dans un trou et paf, ça a fait crac…" (©autre amie). Elle se place derrière moi et se met à pétrir chacun des muscles de mon dos et tout est douloureux. "Allongez-vous". Elle touche mon cou. Aïe ! Elle appuie sur ma cage thoracique. Ouille ! "Mettez-vous au bord de la table". C'est le moment où elle va poser ma main droite sur mon épaule gauche et vice versa, me soulever contre elle et me retomber dessus de tout son poids pour remettre ma colonne dans le droit chemin. Tandis qu'elle me serre contre elle, son sein lourd et doux se plante dans mon œil. "Détendez-vous". Heu… oui non mais c'est gênant… Mon œil libre se pose sur son ventre très rond si près de mon coude… Elle s'apprête à basculer. "Soufflez…" NON ! NON ! NON ! TON VENTRE !! Crac ! Aaaah le bébé !!! le bébé !! Espèce de malade !!! Ca m'a stressé ! Je me suis redéplacé la vertèbre.

 

*private blague de coureur : le fascia lata est un tendon ayant tendance à s'échauffer en frottant contre le genou durant la course. Enfoiré !

Posté par Gouinette à 22:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

14 février 2015

Qu'est-ce qu'elle dit la rousse ?

Quand tu apprends une langue étrangère parlée dans plusieurs pays voire différents continents, il arrive un moment où tu dois te lancer sur des articles écrits par des humains non issus du creuset originel de cette langue.
J'apprends l'espagnol ; je lis des textes d'auteurs sud-américains avec des spécificités grammaticales et des mots "mais bordel, c'est quoi ça ?". Un peu comme un étranger qui aurait appris le français grâce à un professeur parisien et ferait son 1er voyage en francophonie au Québec… ou en Lorraine. Forcément, c'est pas facile tous les jours. Et contrairement aux œuvres télévisuelles de la Belle Province sur TV5, les Lorrains, eux, ne sont pas sous-titrés.

Je me débattais ce matin avec un article dont le thème était la situation politique au Pérou. Et c'est là où tu te dis que la situation politique ici est quand même super claire ! Surtout comparée à celle de l'Argentine où quasiment tous les partis sont "péronistes" et tous opposés les uns aux autres. Au moins, ici, les Gaullistes (si tant est qu'il en reste encore), on sait où les trouver… Qui a dit "en taule" ? On aimerait bien mais bon…
J'en reviens à ce texte dans lequel apparaît soudain le mot "lineamientos". Je subodore (car je ne suis pas totalement idiote) qu'en fonction du contexte, ça doit signifier alignement politique, lignes de coke. Toutefois, en bonne élève que je suis (oui, la fille à lunettes au 1er rang, c'est moi ! Un problème ?), je vérifie dans le dictionnaire de la RAE qui n'est pas le dico des raëliens mais de la Real Academia Española, l'équivalent de notre Académie française. Enfin l'équivalent… Quand tu tapes un mot qui a des acceptions différentes suivant le pays dans le dictionnaire espagnol, tu obtiens toutes les significations. En castillan d'Espagne et d'ailleurs.
Pour "lineamiento", la réponse fut : en premier, un lien vers un autre mot "lineamento", en 2, la signification en Argentine, à Cuba et en Uruguay (ligne, direction, tendance), en 3, la version mexicaine (trait caractéristique de quelque chose).

Quand on consulte le site de l'Académie… Déjà, il n'y pas un champ "recherche" dans lequel taper le mot recherché. Nan ! Et puis quoi encore ! Je clique donc à gauche, à droite. Je tombe sur le trombinoscope de nos immortels avec le dernier arrivé : Xavier Darcos… Pour les résumer : mâles blancs vieux. La féminisation des mots n'est pas pour demain. Qu'à cela ne tienne, du coup, emportée par l'ambiance, je continue de cliquer, à droite, à droite… "Exemples de mots nouveaux", l'intitulé me fait sourire. Mais je suis une malade, je clique ! "Marathon", "photosynthèse" et "pute" sont de nouvelles entrées dans le bidule. Ah bah, tiens, est-ce que "bidule" en est ? OUI !! MAGIE DE LA NOUVEAUTÉ ! Dans "Mots étrangers", il n'y a que des mots qui viennent d'avoir leurs papiers : bretzel, bonzaï et baby-foot. Et sachez qu'abuseur a été supprimé. Le mot, hein, pas les gens ! DSK est toujours de ce monde. "Amusoire" et "névroptère" ne sont plus et il était important que cela soit dit, en passant, à tout le moins.
En bas de page, je trouve enfin un lien intitulé "Consulter le dictionnaire". Mais ce n'est pas le leur. C'est celui de l'ATILF : Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française… Un dictionnaire en ligne quoi. P'is moderne en plus… par rapport à Pong, je veux dire. En couleurs, quoi. Mais d'avant les normes d'accessibilité et de politesse qui interdisent de brûler des pupilles. Bref, après que mes yeux eussent saigné et que j'aie ravalé quelques sanglots, j'ai tapé "gosse" qui, comme le savent bien les Français (cette bande d'obsédés), a une signification foutrement (quoi ?) différente au Québec. Que crois-tu qu'il arriva ? Rien. Le français madame, c'est parlé en France. Ailleurs, ils font des fautes !

J'arrête avant de m'énerver. Pour en revenir à mon mot "lineamento", je finis par le rechercher dans un dictionnaire de traduction qui me donne en français : linéament. Comment ? Quoi ça ? Qui ? Désespérée, je me tourne vers ma rouquine préférée qui me définit linéament comme étant un "élément linéaire subrectiligne, généralement repérable sur des cartes topographiques à petite échelle ou sur des images satellites en télédétection et qui correspond à la trace en surface d'un accident profond"…

Décidément je ne comprendrai jamais rien à la politique sud-américaine.

Posté par Gouinette à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2015

Au boulot, parfois, il y a galette

Oui, au travail, parfois, on pause les claviers (mais qui donc les avait soulevés ?). On raccroche les téléphones. On réveille son voisin et on va fêter… heu… ah, merde, restons laïcs… fêter la qualité de nos artisans-pâtissiers et artisans-fèvologues. En gros, on va becqueter une galette des rois.

Vers 17 heures, poussés par la faim et la soif, le troupeau travailleur migre vers la cafétéria. C'est l'heure où les lions vont boire. Après une journée de merde. Non, je peux pas dire autre chose, ce fut une journée de merde, point. Ca arrive. Je ne peux pas me plaindre. Je n'en ai pas tant que ça. Enfin à ce niveau. Mais là, vraiment, sérieusement. Merde.
Avec mes acolytes, nous nous mêlons aux autres espèces de notre direction, déjà sur place. Quelques hyènes vont de groupes en groupes. Je sens ma peau se hérisser dans mon dos. J'ai horreur de ces regroupements obligés durant lesquels nous devons supporter les vœux de bonne année d'une hiérarchie qui va en passer une bonne partie à nous la pourrir. A ma gauche, sur la table où trônent déjà les galettes, sont installés un ordinateur, une sono, un DJ de merde connard collègue. Qu'est-ce qu'il fout là ce crétin ? C'est quoi ce matos ?

Les groupes se forment. On se renifle ; on se reconnaît. Je reste près de l'entrée, prête à bondir. Puis la hyène en chef (le directeur) demande le silence et entame son discours. Douce mélopée pleine de démagogie, de "vous êtes formidables", "je sais le travail que vous faites", "vous êtes beaux, toussa". Surtout n'oublier personne, aucun service. Il continue "Le moment est difficile (nous sommes une semaine après les attentats de Charlie Hebdo). Je ne ferai pas de long discours (merci) mais j'aimerais vous dire que la porte de mon bureau vous est toujours ouverte (moui, moui). Même si vous rencontrez des problèmes dans votre vie privée, vous pouvez m'en parler en toute amitié."
Je suis un peu stressée, fatiguée (cf ma journée de merde). Je me dis : "ok, donc, là, un Québécois moustachu va surgir de sous la table en braillant 'C'est pour Surprise sur prise !!'…" Mais en fait, non. Rien. L'autre possibilité est qu'une faille spatio-temporelle se soit ouverte et que notre dimension soit tombée dedans, emportant avec elle ce qui faisait le cadre de nos vies, nos repères (si tu entres dans le bureau du directeur c'est pour te faire engueuler), notre équilibre. Et je m'imagine déjà entrer dans le burlingue de Bébert les talonnettes : "Dis voir, gros ! Je chope pas vraiment depuis un moment. T'aurais pas 2 ou 3 gouinasses de tes amies, pas mal à regarder et avec une bonne situation pour moi ?"

La réalité revient au galop, ma rage sous le bras. Bien sûr connard, que je vais venir te raconter mes peines de cœur ou mes histoires de famille ! On est potes toi et moi… oh… ou pas. J'en suis là de ma colère (vas-y, prends nous pour des truffes) lorsqu'il clôt son intervention par un "et maintenant, accueillons une ancienne stagiaire de 3ème qui va nous chanter 2 chansons". Oh merde… Comme dira plus tard une collègue d'une autre direction : "Oh c'est cool chez vous ! Vous avez droit à des saltimbanques !" Sérieux, j'ai flippé. La vie, chienne de vie, m'avait pourtant vacciné contre presque tout sauf les horreurs de la guerre. Mais ça ? Après les attentats… J'avoue ; j'ai été prise de court. Fauchée en pleine réflexion. Les seuls mots qui me viennent à l'esprit à ce moment sont : pourquoi ? Qu'est-ce qu'on a bien pu faire à je ne sais quelle déité mal embouchée pour mériter ça ? Je lisais même pas Charlie !!! Et c'est qui cette stagiaire ? Et c'est quoi le programme ? Une Marseillaise endiablée ? Le Chant des partisans ? Bella Ciao ?

"Bonjour, je vais vous chanter une chanson de Daniel Balavoine"… Le silence se fait. La musique démarre. J'ai une crise d'angoisse.
"Pourquoi je vis, pourquoi je meuuuuurs…"
Je sais pas. MAIS POURQUOI TU CHANTES ÇA ?!? Quand elle arrive à la partie techniquement compliquée de la chanson qui part de très bas pour arriver très haut dans les aigus, je perds un tympan et je saigne du nez. A la fin de la chanson, je suis au bord de la crise d'épilepsie. J'ai chaud. La fièvre ? Je vais poser mon paletot dans un coin. Des regards se croisent. Quelques mots d'encouragement sont murmurés. On réprime des rires nerveux. Courage, plus qu'une chanson. La stagiaire enchaîne : "la variété n'est pas vraiment mon registre. Je préfère le chant lyrique." Ah oui ? Ben, moi… JE PRÉFÈRE MANGER À LA CANTINEEEEEE ! AVEC MES COPAINS ET MES COPINEEES !
"Je vais vous chanter un extrait de la Flûte enchantée". Et personnellement, je vais mourir. Je n'ai pas dit adieu à mes proches. Pas dit à quel point je les aime. Pas fait ma lessive de blanc, tant pis, je la ferai ce week-end. Ah et puis il faut que j'achète du dentifrice et que j'aille au cinéma. Tiens ? C'est en allemand la Clûte Enfantée ? Soudain, des applaudissements, le soulagement envahit mon âme. "J'ai un morceau surprise !" AAAAH MAIS FAITES-LA TAIRE ! "Près des remparts de Séville, chez mon ami Lilas Pastia, j'irai danser la séguedille…" Carmen… La Callas fait l'hélicoptère dans sa tombe. On brûle des usines de cigares à Cuba. Je tresse une corde pour me pendre dans la moquette.

Après on a mangé. Le directeur a eu la fève. Tout va pour le mieux, dans le meilleur des mondes.

Posté par Gouinette à 22:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]