Gouinette parle trop

30 octobre 2014

De la pédagogie

A quoi pensait Dieu quand il a inventé l'oignon ? Il venait de se faire larguer ? Son ophtalmo lui avait fait un fond d'œil ? Je ne sais. Ce que je sais, c'est qu'il a fait alliance avec ma mère. Quand il m'arrive (rarement) de vouloir l'aider à faire la cuisine, elle me dit : "tou coupes les oignons !"

Posté par Gouinette à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 octobre 2014

Début de vacances bien méritées

A la pharmacie de la gare :
"Bonjour Badabe, vous auriez quelque chose contre la toux du rhube (j'aime bien tomber malade au début de mes vacances) ?
- Oui, bien sûr, voilà un sirop à prendre 4 fois par jour. Évitez d'en prendre avant de conduire.
- Ça endort ?
- Oui, enfin, ça dépend des personnes."
J'en prends de suite une gorgée.

Dans le TGV à l'arrêt : rrrrr zzzzzz, rrrrr zzzz. Efficace le truc, il est vrai que je ne tousse pas quand je dors.

Avant de m'endormir, un homme arrive, le téléphone à l'oreille. "Oui, mon Roger. De toutes façons, notre stratégie, tu la connais : "c'est nous les patrons". Allez, tcha-tchao mon Roger !"
Je me dis que je ne l'aime pas.
Quelques minutes plus tard, un homme arrive, regarde les numéros de siège, l'air perdu de celui qui constate que quelqu'un est assis à sa place. Mon Connard se lève. "Pas de problème, je suis à la 33."
Question : pourquoi tu t'assois à la 14 alors ?
Il va s'asseoir dans le box voisin, place couloir. Arrive une femme, même hésitation sur les numéros de siège, qui lui dit : "je crois que c'est ma place
- ah oui, je suis à la 33" répond Gros Connard en désignant la place en face côté fenêtre. La femme dit que ce n'est pas grave, qu'elle va la prendre. L'homme assis côté couloir se lève pour la laisser passer.

C'est toi l'patron, hein mon Connard ?! Juste un truc avant que le sirop ne m'envoie dans le coma, si tu me demandes quoi que ce soit, je te plante mon stylo dans l'œil. Je ne t'aime pas. Connard.

Posté par Gouinette à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2014

Je me tais. Ecoutez

Posté par Gouinette à 11:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 octobre 2014

La théorie et la pratique médiatique

Vite fait sur le gaz, lisez tout ! Même les petites lettres ! et même les grosses lettres.

Exemple : ce matin sur le site de France info (service public), que lis-je ?

une

Mazette, les services algériens savent qui sont les assassins de notre otage !? Vite, cliquons !

article

Aaah oui, en fait, non. Ok. Présent, conditionnel, c'est du pareil au même, de la conjugaison. On s'en fout. N'est-ce pas ?

Posté par Gouinette à 13:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 septembre 2014

Tu vois le genre ! Non ? C'est normal.

Je ne sais pas si vous avez suivi l'affaire mais le gouvernement a rénové son site internet. Tu t'en fous ? Tu as tort. Je te rappelles que ce sont tes impôts, les miens et depuis peu ceux de Thomas Thévenoud qui servent, entre autres (hôpitaux, écoles, routes…) à payer ce type de dépense. Je ne m'avancerais pas à juger de la justesse du prix : 309 000 €. Ca te paraît cher ? Peut-être, sans doute mais à partir du moment où on décide que l'administration n'aura plus les moyens humains nécessaires en interne, le travail sera fait par des prestataires et… c'est plus cher. É-co-no-mi-sons.

Si je me fends d'un court texte énervé (oui, encore, je sais, je ne suis que colère mais je suis en SPM, j'ai le droit. Comment ? C'est une excuse pourrie ? Oui, mais m'en fous, c'est la mienne), c'est pour 2 raisons. La création d'une Marianne numérique est la 1ère d'entre elles. Rappel : la Marianne est un symbole de la République. Elle est utilisée sur tous les supports pour officialiser un acte, un courrier et un site web. Elle a évolué au cours de l'histoire mais elle reste un symbole de la République avant d'être un logo de communication.
Pour ses réseaux sociaux, le gouvernement a dorénavant sa Marianne numérique.

marianne

PMV6-Marianne

En haut, l'officielle, en bas, la numérique officielle (avec une tendance à regarder ailleurs MJDCJDR)

Tu remarqueras ses courbes parfaites. Qu'on découvre puisqu'en général, c'est une tête ou un torse. Au-delà, on est place de la République ou devant "La liberté guidant le peuple" de Delacroix. Tu remarqueras aussi qu'elle tient un smartphone ou une tablette. Enfin, en fan absolue de Pappy Boyington, j'apprécie à sa juste valeur l'effet "Pays du soleil levant" vintage des rayons sur notre drapeau. Elle est bien roulée et du coup, elle rayonne, la gonzesse. Mais c'est pas le pire (bitte… pardon, ok, je sors).

La 2ème petite chose qui m'agace vraiment beaucoup, c'est la version pour les 6-10 ans du site. Ca part d'une bonne intention. Tiens, gamin, au lieu de regarder des conneries sur le web, viens-là que je t'explique la vie, la démocratie, le droit de vote, toussa.
Ca commence par une présentation un peu étrange puisque, pour cliquer sur les différentes rubriques, tu disposes, jeune padawan républicain, d'une souris… oui, non, pas celle à côté de ton clavier, l'autre, la vraie, enfin, la vraie… un dessin de l'animal sur lequel il faut cliquer puis déplacer vers l'endroit où tu veux… cliquer.

souris

Oui, oui, tu peux cliquer direct sur ta rubrique. Vu l'habileté de ma petite nièce d'à peine 1 an avec un téléphone, ça me fait doucement rigoler cette souris que tu cliques dessus avec une souris… Gnein ?

IMG_2594

Oh mon dieu ! mais y'a des gosses !!!

En colonne droite, il y a 6 thèmes :
1. "C'est quoi la République ?" (une place ? un boulevard ? ah non une dame avec un bonnet !)
2. "Tout commence par le vote !" (enfin, avant y'a eu le big bang, mais on va résumer les 4 premiers milliards d'années. Et puis aussi, les allers-retours entre monarchie, république, empire, monarchie, république, Allemagne, etc.)
3. "Qu'est-ce qu'un premier ministre ?" (j'ai tout un tas d'adjectifs qui me viennent mais y'a des ENFANTS !!)
4. "Comment le gouvernement travaille-t-il ?" (excellente question ! j'aimerais bien comprendre !!)
5. "Que se passe-t-il tous les mercredis à l'Elysée ?" (comme chez toi, rien, tu fais sport et pipeau avec tes potes)
6. "Comment se construisent les lois ?" (cf le point 4)

Je n'ai pas percuté tout de suite, j'avoue. C'est en posant mon mulot sur le point 3, que j'ai fait mon rash cutané synonyme de "putain du sexisme à gogo". "Le président de la République choisit un homme ou une femme." Mais lui, c'est LE président. D'ailleurs, la petite image à droite montre un homme qui pose sa main sur l'épaule… d'un autre homme (c'est la manif pour tous qui va être contente). Tu remarqueras aussi que le Président est plus grand. Qu'il a un geste protecteur (c'est l'image du père). T'inquiètes gros, au 1er joint à la 1ère crise, tu vires !

gvt_6_10

Et regarde les zoulies illustrations ! Nous avons en tout une pour tout, 1 femme et demie. Oui, parce que Marianne est un symbole. Elle nous représente tous. C'est pas vraiment une femme (enfin un peu plus depuis qu'elle a levé son cul de sa chaise et qu'elle tweete… debout. Ca me rappelle une chanson…). La dame qu'on voit dans le point 2, c'est la dame qui a le droit de voter depuis 70 ans tandis que l'homme à côté a le droit depuis… 150 ans. Bon, tu ne sauras pas pourquoi une telle différence, un truc avec les dinosaures, je crois. Tu ne sauras pas non plus qu'on peut élire des députéEs ou des présidentEs.

levote

Mais tu constateras de visu que le Président est un homme, le premier ministre aussi, que c'est un mec qui travaille au gouvernement (comment, on n'est pas sûrs) et que le mercredi après-midi, c'est encore un costard cravate (nan, nan, pas une butch, un mec) qui organise la teuf.

Sinon, les textes sont quand même poilants (au vu de l'actualité, du passé, du futur)

gvt-travaille

Le PM informé en permanence de l'état du pays… Ca laisse rêveuse.
Réformer pour améliorer la vie des Français : réforme = bien (élément de langage en teck imputrescible)

cdm

Oui, voilà, bien sûr. Ca se décide là. Pas dans les rencontres avec les représentants des forces vives de la France (lobbies), pas dans les cabinets (où tu écris des conneries mais pas sur les murs des toilettes), pas à l'assemblée non plus, d'ailleurs.
Ah oui, tiens ? Ben, pourquoi ?

Bon, je vous laisse, je dois avorter mes souris qui, à force de se cliquer dessus, vont bien réussir à se reproduire.

Posté par Gouinette à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



13 septembre 2014

Instinctivement libre du flux

Tout a commencé par une discussion enflammée et néanmoins alcoolisée entre ami-e-s sur le stérilet, les règles, la cup, le féminisme, la société hétéronormée, les fiottes. L'ordre ? Pfff… difficile à dire mais à un moment, tout cela avait un sens. C'était une conversation entre adultes bourrés emportés par l'enthousiasme de la jeunesse l'alcool fin de journée. S'ensuivirent des échanges électroniques de 06  d'adresses d'insultes d'articles de fond sur les menstruations et leur impact sur la place des femmes dans nos sociétés post-modernes (lis cet article). Tout n'est pas à jeter dans une soirée de prières bières... Non, soirée tout court finalement. Jusqu'à ce que, de fil en aiguille, la plus avancée d'entre nous dans sa méditation tantrique nous invite à regarder cette vidéo sur le flux libre instinctif. Choc, révélation. Non, non. Résumé du machin : grâce à un retour en soi et en sa nature première, on peut contrôler son flux et se passer de protections.

Ne rejetant jamais un pari à la con la possibilité d'avancer dans ma recherche spirituelle afin de trouver ma place en ce monde (ou l'inverse) et lier chaque plus mon corps et mon esprit et souhaitant atteindre le niveau supérieur dans l'échelle qui mène à la sérénité nirvanas que, et profitant des derniers feux de mon ventre vieillisant, je décidais de tenter le coup. Allez, zou ! Soyons folle ! Oui ! Tandis que ma moquette utérine se détachera par morceaux, mes muscles internes forts de mon esprit (ou l'inverse), la retiendront avec leurs petits bras musclés et ne la relâcheront qu'une fois aux toilettes, nous délivrant ma poubelle et moi de toute protection périodique, sauvant ainsi des millions d'hectares de sphinge de par le monde. Oui ! Mon flux, ma bataille. J'vais tout casser si vous touchez au fruit de mes entrailles. 

Dès le 1er jour, les 1ères heures, ça a foiré. Oui, non, parce que la fille, là, dans la vidéo, je sais pas, mais moi, j'ai un boulot. 1/2 heure de trajet, de la marche, des escaliers, bref, une position debout facilitant l'ouvrage de la gravité. Et au travail, il faut que je sois concentrée sur autre chose que mon slip. Alors le côté " non mais en fait le corps se retient comme il se retient de faire pipi quoi…" c'est des conneries !!! N'imp' !! Qui plus est, après un passage aux toilettes, un accès à un point d'eau est vital pour… nettoyer la place et favoriser la survie des vetements. Personnellement, vivre couchée 4/5 jours près d'un bidet m'enthousiasme moyen moins. Mais libre à vous d'instinctiver votre flux.

 

* La cup : désolée les garcons, ceci n'est pas du foot

Posté par Gouinette à 01:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2014

"Plus blanc que blanc, qu'est-ce que c'est comme couleur ? " (Coluche)

Ça n'a l'air de rien (comme moi), mais c'est compliqué une lessive. C'est pour cette raison qu'on la confie aux femmes, les gays et les mâles célibataires brûlant leur vêtements sales.

Attention ! Expérience personnelle !
A l'arrivée dans mon nouveau chez-moi, je n'avais pas de lave-linge et devais, pour éviter de jeter mes fringues empuanties, faire un déplacement stratégique vers une laverie. Afin d'alléger mes frêles épaules, j'avais opté pour une lessive 2 en 1 (lessive + adoucissant, les garçons) en dosettes m'évitant ainsi de transbahuter 5 litres de lessive à chaque voyage. Réflexe de survie en milieu hostile. Le choix de la marque s'était fait complètement au hasard. Quand au parfum, j'ignorais que ma lessive en avait un jusqu'au moment où, serrant une amie dans mes bras, celle-ci me fit remarquer qu'elle en aimait l'odeur (autre réflexe de survie : ne pas changer de parfum s'il attire la femelle). En moyenne, pour moi, avant la lessive, le linge sent le sale ; après, il sent le propre. Basique mais efficace.
N'étant plus obligée de me déplacer dans une laverie et pouvant ainsi bénéficier du doux ronron d'un tambour en version essorage à la maison, je remarquais un beau matin que le nombre de dosettes baissait dangereusement et décidais aussitôt d'investir, lors de mon prochain passage au supermarché dans un nouveau paquet.

Arrivée devant le rayon de la lessive, je découvrais, horrifiée, qu'il existait 2 parfums pour mon produit et que le packaging ayant été modifié, je ne retrouvais plus mon précieux. Damned ! Les fourbes ! Grommelant mille insultes à tous les dieux des grands magasins, je rentrais chez moi, les mains vides, un sentiment d'échec cloué à l'âme et un désir de revanche rivé aux ovaires. Je n'allais certes pas me faire emmerder par du savon liquide en dosettes, quoi, merde ! Ne doutant pas de ma capacité à oublier dans la minute un détail comme le parfum d'une lessive, je décidais de prendre en photo mon paquet. Et là, quelle ne fut pas ma surprise…

dash

C'est parfum "Fleurs de lys et perles de rosée" (j'ouvre une énorme parenthèse. Déjà, ça va un peu aérer, j'en sens qui n'ont pas de laverie près de chez eux. Ensuite, une précision en ce qui concerne l'astérisque, elle renvoie à la formule "parfum de synthèse". Au cas où j'aurais cru que des vierges allaient cueillir des lys couverts de rosée à l'aube, simplement vêtues d'un voile couvrant à peine leurs corps nubiles puis qu'elles allaient fouler aux pieds leur récolte toutes ensemble et nues en chantant afin d'en recueillir le substrat nécessaire à la production de mon paquet de lessive. Je referme la parenthèse, attention les doigts). Je ne m'avancerai pas sur le parfum du lys ; je n'ai pas la moindre idée d'à quoi cela peut bien ressembler. Mais hé ! ho ! M. "Course folle 2 en 1", si tu crois que tu vas pouvoir me la faire à l'envers, c'est mal me connaître ! La rosée, c'est de la flotte et la flotte, ça sent que dalle. Par contre, ça peut vouloir dire que tu dilues ta lessive ! Escroc !… Fleurs de lys ? Bon choix pour un fils de p…

Posté par Gouinette à 21:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

03 septembre 2014

C'était mardi matin

Fatiguée de ma non-rentrée de lundi (vu que je suis pas partie, je suis pas rentrée… tu suis ?), je prenais mon petit dejeuner en écoutant France Inter. Il s'est passé quelque chose. L'animateur ou l'un des chroniqueurs a dû dire quelque chose qui me les a brisés (mes ovaires) menus. J'ai écourté France Inter et suis passée sur France Info. J'aime bien Fabienne Sintes. Je continuais à tremper mon gluten dans mon café lorsqu'elle annonça : "dans 1 minute, nous recevrons Marine Le Pen". J'ai éteint la radio. Je suis passée par le web pour écouter la Cadena Ser. Une radio privée espagnole. C'est compliqué, pas à cause de la langue. Ça, ça va à peu près. Mais la pub ! Tant de pub que tu as du mal à distinguer les périodes d'info. J'avais perdu l'habitude. Je n'irai pas pour autant écouter une radio publique ibérique. Depuis l'arrivée de la droite au pouvoir, c'est devenu la voix de son maître et c'est pas beau à entendre. Alors tant pis pour la pub, écoutons les nouvelles d'outre-Pyrénées.

Le pays ne va pas bien. Englué dans une crise aggravée par la sacro-sainte austérité et une corruption politique et plus si aff. endémique. En préférant une transition dans la douceur et dans l'absence de nettoyage des écuries d'Augias du franquisme, les mauvaises habitudes sont restées. Les cadres du fascisme sont restés. Les rues et les places au nom des putschistes sont restés. Mais comme quelqu'un doit payer, le peuple s'y colle, encore une fois. La santé publique est dépecée au profit du privé, idem pour l'école. Et les bonnes grandes vieilles idées reviennent au galop à commencer par la révision de la loi sur l'avortement.
Ce mardi matin, une bonne nouvelle pour l'Andalousie, près de 3 000 personnes seront figurants dans la 5ème saison de "Games of Thrones" dont le tournage commencera en octobre. Prière d'avoir entre 18 et 60 ans, pas de tatouage visible, les cheveux de couleur uniforme (longs pour les femmes), être mince et athlétique. Les journées seront longues et rapporteront 50 €.

Puisqu'on parle d'emploi, parlons donc de ce quarantenaire bientôt papa qui travaille dans une entreprise de nettoyage et qui va quitter l'Espagne pour la région de Bordeaux. Il a de la famille là-bas et un employeur lui propose un boulot mieux payé, avec moins d'heures. Il va partir. Il travaille son français. Son enfant naîtra là-bas. Ici. Encore un Espagnol qui va piquer le travail de nos Sri-Lankais. Une de mes nièces travaille à Londres. Beaucoup sont partis chercher du travail (même pas fortune, juste du travail) à l'étranger. Un ancien ministre a parlé de "mobilité". Non, non, la mobilité, c'est quand tu passes un an ou deux ou trois et que tu reviens. Ceux-là ne reviendront pas. C'est de l'émigration. Forcée. Parce qu'il faut bien manger et construire un avenir meilleur pour ses enfants. Ailleurs. Ca a fait comme un écho dans ma tête. J'ai éteint.

Ce matin, j'ai déjeuné en silence. Je n'ai rien voulu savoir des journalistes qu'on décapite au nom d'un dieu d'amour et de sabre ou des chômeurs qu'on va surveiller de près pour être certain qu'ils cherchent du travail (ces faignasses). Non, ce matin, c'est con mais j'avais juste envie de déjeuner en paix.

Posté par Gouinette à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2014

A quoi voit-on vraiment que c'est la rentrée ?

Au retour du monsieur qui distribue les journaux gratuits à la station de métro. Youpi matin ! L'horoscope quotidien revient. Passer deux mois sans savoir de quoi ma journée serait faite devenait pénible à vivre. Joie, bonheur et anxiolytiques, Métronews is Jean-Sébastien back. Avec du lourd en Une. Un journalimse intransigeant… Naaan, j'déconne ! Mais j'en avais marre de perdre au 2048 et de rater mes stations à cause de ce jeu de m… Au menu de la semaine dernière, le couple le plus glamour de l'univers qui se marie en FRANCE !!! madame !!! Brangelina, "Des mariés presque parfaits".

photo 1

Tu noteras le titre accrocheur. Je t'entends déjà : "comment ça 'presque' ?! Quoi y'a ?" Rien puisqu'ils se sont mariés. En FRANCE !!!! Madame !!!! Comment ? "Ouh la ! mais le mariage, c'est le 1er pas vers le divorce ! Pourquoi qu'ils se marient puisqu'ils étaient bien comme ça avec leurs 6 chiards, toussa. Ca sent la manœuvre de la dernière chance. Leur couple bat de l'aile !"… Heu… Reprends un peu de camomille, je te trouve un peu tendu-e, surtout de la syntaxe si ce n'est du string. Reprenons, dans "presque parfaits", certes, il y a "presque" mais il y a aussi "parfaits". D'ailleurs, lis le début de l'article. Ce n'est que joie, bonheur, réussite insolente et en plus, cerise sur le cake, cherry on the gâteau, Métronews, bonne âme, va t'expliquer pourquoi.

photo 2

Et voilà ! Tu n'auras plus de raison de rater ta vie de couple avec une régularité de métronome car Métronews te dit tout.

Autre sujet d'étonnement (mais pas tant que ça car je ne suis pas née de la dernière pluie… Qui a dit "pas de l'avant-dernière non plus" ? Sortez de cette parenthèse !!), la page des sports du foot et des autres dégagements de sueur. Sur 6 sujets, 4 sur le foot et 2 sur… des SPORTIVES !!! Madame !!!

Une_commentee

Du judo (en haut à gauche) avec le titre mondial de Clarisse Agbegnenou. Remarque au lecteur : un titre mondial féminin vaut moins que le tirage au sort des groupes de la Ligue des Champions de foute. Ah, ah, aaaaaaaAAAAAAAAHHH !!
(Re-remarque au lecteur au sujet du gros titre fouteux : l'article dit que contrairement aux apparences, le groupe du PSG est sans doute plus facile que celui de Monaco. Le matin même sur France Inter, le 1er journal écouté (7h je crois) disait l'inverse et celui de 8h optait pour cette analyse. Conclusion : Métronews avait, entre temps, été livré dans la Maison Ronde…)

Pour la 2ème info de sport féminin, j'ai fait un gros plan :

photo 4

C'est du foot mais américain et surtout en "petites culottes" !! Et la fin de la rencontre a été "mouvementée" ! Je résume : une rencontre mouvementée en petites culottes. On est passé de la page des sports à la critique télé sur le film érotique de la soirée… D'ailleurs, le torchon journal propose la vidéo sur son site.

Voilà, voilà… Bonne rentrée à toutes et à tous en couple ou pas, en slip ou pas.

Posté par Gouinette à 23:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2014

Le jour se lève… mais c'est bien le seul

D'abord le réveil. 6 h 45. En plein dans un rêve. Le temps de râler et le rêve s'est évanoui. De quoi ça parlait déjà ? Je me lève. 7 h 15. C'est mal parti. Une demi-heure pour m'extirper des draps. Chaussettes, tennis, coupe-vent, direction la boulangerie. Je n'ai plus de pain. "Une tradition s'il vous plaît". 7 h 30, j'entame la préparation du petit-déjeuner. Le lave-linge, prêt depuis hier soir me fait un discret appel du pied. 1 h de lessive. Ca devrait aller. Je déjeune en écoutant France Inter. J'arrête pas d'arrêter, comme le Nutella. Au loin, le roulement du tambour me berce. J'écoute Sapin. Je râle contre Sapin. Je déploie l'étendard à moins que je ne déplie l'étendoir. Tic, tac. L'encore et toujours ministre répond de la merde langue de bois aux journalistes. C'est tellement vain. Je vais faire ma vaisselle. Ah, il est 9 h. Ah, je vais être en retard. Rectification, je suis en retard. Je me glisse dans ma douche. Dehors il pleut. Je choisis des vêtements légers. L'automne ne passera pas par moi. Ont-ils vraiment débattu de l'absence d'un parapluie pour le président ? De son aspect symbolique auprès des médias et des Français ? Pourquoi serait-il le seul à avoir un parapluie ? Il faudrait un parapluie assez grand pour tous les Français…Trop de com tue la com… et ma patience. Je sors de la douche ; je m'habille. Je plante les écouteurs dans mes oreilles. Je sors de l'immeuble. Il est 9 h 30. Je suis en retard mais je prendrai le temps de lire un poème dans le métro. Et de descendre 2 stations avant pour traverser la Seine à pied. Et faire une vidéo de l'eau qui coule, plus qu'hier et moins que demain vu la météo. Une Ferrari démarre en trombe au feu. Oui, oui, tu as une grosse voiture, un gros égo, un gros compte en banque et tu seras sans aucun doute l'un des plus riches du cimetière. J'entre dans mon bureau. J'allume mon ordinateur. La journée ne fait que commencer. Depuis ce matin, elle n'arrête pas de commencer.

poesie

Posté par Gouinette à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »